Actualités…

Bienvenue sur le site d’Ouvrir La Voix.

Nous espérons que vous trouverez des pistes concrètes pour aider vos enfants ou vos élèves.

En ce temps de travail à distance, merci de privilégier l’envoi de vos demandes par mail. Nous vous répondrons aussi rapidement que possible.

A bientôt!

L’équipe d’OLV

BOUTIQUE et COMMANDES DE LIVRES

2 témoignages reçus lors du mois d’octobre, mois de sensibilisation autour du MS…

« J’ai toujours aimé le désert. On s’assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n’entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence… » Antoine de St-Exupéry – Le Petit Prince.


Hey, internet ! Le mois d’octobre, c’est aussi le mois de la sensibilisation au mutisme sélectif, alors j’ai envie de te parler un peu de mon histoire.

Le mutisme sélectif (MS) est un trouble anxieux sévère qui se caractérise par l’incapacité de parler dans certaines situations sociales ou lieux (notamment à l’école) alors que la parole et le langage sont parfaitement acquis. Cela toucherait environ 7 enfants sur 1000. J’en ai moi-même souffert pendant environ 6 ans à l’école primaire. (« T’es sérieuse, Sabrina ? Eh bah, tu t’es bien rattrapée » dixit n’importe quelle personne qui me connaît bien à qui je confie ça… à qui on ne peut que donner raison haha 🤷🏼)

Concrètement, les symptômes s’apparentent à ceux du stress : boule au ventre, crispations, troubles du sommeil, impression d’être paralysé-e, etc. C’est une angoisse constante. Éviter d’interagir (verbalement ou physiquement) mène à se sentir se sentir protégé-e-s, mais indéniablement, cela mène aussi à l’isolement.

On le sait : l’ignorance conduit à la haine, la haine à la violence. En raison de la méconnaissance de ce trouble, j’ai croisé sur ma route des professionnel-le-s (TS ou enseignant-e-s) aux manières de faire complètement inadaptées. Ils et elles étaient tellement désemparé-e-s au point de faire preuve de violence – physique ou verbale – envers moi ; allant de « tu pourrais quand même faire un effort », à « tu manques de respect aux personnes sourdes-muettes en refusant de parler », en passant par « tu n’iras pas à l’école tant que tu ne serres pas la main » et surtout, par une gifle. Ce sont ces mêmes personnes qui étaient censées apprendre aux enfants que nous étions, que la violence ne résout rien…

C’est pourquoi il me paraît important d’en parler aujourd’hui. Le MS n’est ni un moyen de manipulation, ni une marque d’irrespect, de la non-volonté, ou « juste de la timidité » de la part des enfants. Petite, je souhaitais sincèrement répondre aux adultes qui me parlaient mais cela m’était physiquement impossible : les mots restaient douloureusement coincés dans ma gorge, et le son ne sortait pas. Il n’y a RIEN de volontaire à cela.

Après l’école, une fois de retour à la maison, j’étais la plus bavarde et je racontais des milliers de choses à ma maman (on me glisse dans l’oreillette que ça, ça n’a pas beaucoup changé 😉) parce que j’étais en confiance et détendue. Je relâchais la pression endurée pendant la journée, qui était bien trop lourde à porter pour mes épaules d’enfant.

Réduire l’anxiété demande beaucoup de temps, de patience et de douceur. Il est tellement important de créer des espaces « safe » pour que chacun-e se sente accepté-e, afin de pouvoir libérer sa parole, puisse être compris-e et exprimer ses sentiments.

En devenant ado et en changeant d’environnement, j’ai réussi à sortir de tout ça. Maintenant, à 25 ans, je suis si fière d’avoir obtenu mon Bachelor en Travail Social pour pouvoir participer moi-même à la création de ces espaces « safe », en aidant les autres, et en luttant chaque jour pour l’inclusion des personnes marginalisées.

D’ailleurs, aussi fou que cela puisse paraître, aujourd’hui, je surchauffe ma voix en permanence : que ce soit pour passer la plupart de mon temps à chanter en chœur, pour rire avec les gens profondément incroyables qui m’entourent, pour crier lors de manifestations pour des causes qui me tiennent à cœur, pour discuter avec de nouvelles personnes formidables que je rencontre… et puis, j’ai appris à me sentir mieux avec les autres dans des tas de situations personnelles ou professionnelles. Comme quoi, on peut parfois s’en sortir même quand cela paraît insurmontable.

Alors… ami-e, si tu es toi-même parent, thérapeute, enseignant-e, ou que sais-je, et tu te retrouves face à un-e enfant souffrant de MS : s’il te plaît, agis rapidement et sois bienveillant-e. Prends courage et adapte ton comportement. Ne force pas l’enfant à parler, ça n’apportera rien. Informe-toi : il existe des associations géniales, telle que Ouvrir la Voix (association francophone d’entraide sur le mutisme sélectif) qui apporte du soutien et des outils pertinents sous forme de programme progressif.

Ça ne coûte rien de se montrer encourageant-e et rassurant-e avec les personnes qui nous entourent. Et il n’y a rien de plus valorisant pour soi que de savoir qu’on aide quelqu’un-e à prendre confiance en soi et se sentir bien (et ça, c’est valable à tout âge et avec tout le monde, mais tu le sais déjà, non ?!).

Merci à celles et ceux qui croient en nous, enfants MS. Merci à celles et ceux, proches ou professionnel-le-s du corps enseignant ou éducatif, qui m’ont permis d’évoluer, de m’ouvrir et de m’épanouir de plus en plus dans cette société parfois dangereuse. Courage à celles et ceux qui sont touché-e-s de près ou de loin par le mutisme, et merci de m’avoir lue jusqu’ici. 💛

#selectivemutismawarenessmonth

************************

Témoignage d’Emilie D.

😉

Bonsoir, je me permets de vous écrire car j’ai souffert de mutisme dans mon enfance. Enfin, le diagnostic n’a jamais été posé car mal ou inconnu à l’époque. J’ai pu mettre un nom dessus depuis peu (j’ai 32ans). J’en ai beaucoup souffert, mon entourage aussi. Je n’ai jamais parlé à mes grands pères qui sont décédés sans jamais avoir entendu le son de ma voix. Je ne parlais pas non plus à d’autres personnes (maîtresses, certains adultes, inconnus,…). Je n’ai jamais su d’où cela pouvait venir. J’ai par la suite réussi à me sortir de ce « handicap » mais ai conservé une très grande timidité jusqu’à la fin du lycée je dirais… J’ai réussi très tard à acheter une baguette de pain, c’est pour dire… Ensuite, j’ai été contrainte de me débrouiller toute seule pour pas mal de choses, j’ai fait des études, j’ai obtenu ma carte de guide conférerencier. De par mes activités professionnelles, je me suis retrouvée très souvent à parler en public (parfois plus de 100 personnes). Je suis même monté sur scène pour faire le pitre lol. J’aimerais simplement être un témoignage de plus pour les familles en souffrance et qui se posent énormément de questions. Mes parents ne m’ont jamais obligé à parler à des personnes à qui je ne pouvais pas parler. Je n’ai jamais fait d’exercices particuliers. J’ai vu des psys, qui restaient impuissants à l’époque. Je n’ai pas de remède miracle. Je voudrais simplement dire qu’il ne faut pas mettre la pression à ses enfants et surtout, ce n’est pas une fatalité, j’en suis la preuve. On peut s’en sortir… Si cela peut rassurer certaines familles…voici un témoignage supplémentaire pour ne pas baisser les bras !


*************************************************************************************************Mutisme Sélectif sur France 2:

Voilà le lien pour voir l’émission du 17 juin passée sur FRANCE 2:

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas le mutisme sélectif et qui veulent voir l’émission en entier :

https://www.france.tv/france-2/ca-commence-aujourd-hui/1005959-la-parole-leur-a-sauve-la-vie.html?fbclid=IwAR1Fo8oRAeFZ0Z_-G5zVwHFbGLNbyIIwnidOjIwgk4vTDer7leAltAyhMl0

Pour le mutisme sélectif c’est à partir de 43 minutes (et ça dure une vingtaine de minutes).

Prenez un peu de votre temps, vous pouvez partager car ça n’est pas suffisamment connu… vous aiderez des enfants !!! Merci d’avance.

Lundi 17 juin à 13h55, dans l’émission « ça commence aujourd’hui » sur France 2, le thème du MS a été abordé, avec la participation d’une maman en contact avec OLV et une jeune fille dont vous pouvez trouver une vidéo sur le Mutisme Sélectif ci-dessous:

***********************************************************************************************Voici une histoire vraie qui a des allures de contes de féés. Merci à Clara et à sa fille pour le partage de cette histoire.

GIULIA ET LE HARICOT

Je vous raconte une histoire vraie…qui ressemble presque à un conte😄

Les élèves de la classe de ma fille (8 ans et demi) ont fait la fameuse expérience du haricot planté sur de la ouate humide. Chaque élève a mis son haricot dans un gobelet.


Au bout de quelques jours, tous les haricots avaient germé. Après deux semaines, la salle de classe ressemblait à une serre: certains haricots étaient devenus de jolies petites plantes vertes.


Seul, le haricot de Giulia restait intact dans sa cachette. Pas une pousse, pas de feuille, sa membrane blanche était restée obstinément intacte.


Vendredi passé, la maîtresse a dit aux élèves qu’ils pouvaient ramener leurs plantes de haricots à la maison. Puis elle s’est approchée de ma fille et, avec beaucoup de tact, elle lui a expliqué que son haricot était peut-être trop sec, que parfois cela arrive que les graines ne germent pas et que c’était très bien d’avoir pu montrer à la classe qu’il y a cette possibilité.


Mais Giulia n’en a pas cru un mot😅

Une fois à la maison, au lieu de jeter le haricot « sec », elle l’a mis dans un plus grand pot et l’a recouvert avec la terre des géraniums.

Depuis vendredi, elle l’a arrosé chaque jour et l’a changé de place pour qu’il soit dans la bonne lumière.


Voici le résultat 😉


Ce matin elle a voulu que je prenne le haricot en photo et que j’envoie la photo à la maîtresse avec la phrase suivante:

« Mon haricot n’était pas mort. Il avait juste besoin d’un peu de terre, de plus de temps et d’un endroit différent. Comme moi pour parler ».

***********************************************************************************************La dernière rencontre familiale d’OLV a eu lieu:

Dimanche 19 mai 2019

à Mulhouse

Dans le cadre du Mois du Cerveau, la mairie de Mulhouse a organisé une balade solidaire le long des berges de l’Ill, à Mulhouse.

Les associations participant au Mois du Cerveau ont tenu des stands d’information tout autour de la Maison des Berges de l’Ill. Ce fut un bon moment pour les familles de la région de faire connaissance et de passer un moment convivial ensemble.


 
Nouveau: une chanson sur le Mutisme Sélectif et un livre incluant le Mutisme Sélectif!
 
Nouveau: un clip et une chanson sur le Mutisme Sélectif!
Paroles et musique: Marie-Line ARNALDI (Auteure compositrice interprète).
Studio et arrangements: Ams Co/ Marie-Line Arnaldi
Avec l’aimable permission de Marie-Line Arnaldi
 
 
Nouveau livre incluant le Mutisme Sélectif!
Parution 2018 
 
 
 
 Hyperactivité, timidité, troubles du langage, dyslexie, anorexie, autisme, précocité, phobie, violence… Un état des lieux des savoirs autour des troubles infantiles.
Enfant turbulent, angoissé, asocial, surdoué, timide, violent ; mauvaises notes ou sommeil perturbé : il existe mille raisons de s’en remettre à un psy. Les familles en espèrent une aide, un diagnostic, quand elles n’en attendent pas secrètement un pronostic. L’école elle-même y envoie à tour de bras les élèves faibles ou récalcitrants, comme pour mieux se délester des (lourdes) attentes qui pèsent sur elle.
Quels sont les comportements pathologiques et ceux qui ne le sont pas ? Ceux qui relèvent de la psychiatrie et de l’éducation ? Où commence la souffrance psychique chez l’enfant ? Quand et qui consulter ? Faut-il, dès le plus jeune âge, étiqueter et médicaliser les comportements atypiques ? Ces questions se posent un jour ou l’autre à tout éducateur. Plus largement, elles concernent la société dans son ensemble, car elles interrogent notre rapport à la norme et à la différence, à l’âge de l’innocence et de la construction de soi.
Ce livre fait le point sur les savoirs concernant les troubles de l’enfant, des tout-petits aux enfants en âge scolaire. Il indique les nouvelles pistes thérapeutiques, les terrains à défricher, les théories à abandonner, avec toujours comme préoccupation première l’enfant lui-même.
 
 
Valérie Marschall, présidente d’OLV, a contribué à cet ouvrage en accordant une interview à Marc Olano, le journaliste qui a rédigé l’article qui figure dans le livre et qui traite du Mutisme Sélectif.
 
 

C’est un outil intéressant pour pouvoir sensibiliser les personnes qui ne connaissent pas encore le Mutisme Sélectif (enseignants ou autres).Il est disponible sur Amazon ou en librairies:

https://www.amazon.fr/troubles-lenfant-Collectif/dp/2361064693/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1533376950&sr=8-1&keywords=les+troubles+de+l%27enfant